Richard-Max Tremblay. Portrait

CONTENU essai, photographies et peintures
DATE 2011
ISBN 9782922892536
FORMAT 21.5 x 31 cm
PAGINATION 192
LANGUE Français, Anglais
PRIX 49.95$
En librairie

Depuis une trentaine d'années, Richard-Max Tremblay crée en photographie et en peinture autour de la figure centrale du portrait. Cette monographie révèle son approche multidisciplinaire. Un travail photographique d'abord, composé entre autres des portraits d’artistes canadiens majeurs ; un travail pictural qui s'inscrit dans la lignée de Richter ; enfin, une inspiration empreinte de l'univers littéraire de Borges,Yourcenar et Beckett.

Témoin privilégié du travail de Tremblay depuis vingt-cinq ans, l'auteur André Lamarre - à travers un entretien avec l'artiste et un essai – nous fait découvrir un processus créatif, une démarche artistique et la richesse d'une œuvre.

 

 

Auteurs

Après avoir complété une formation au Goldsmith's College de Londres, Richard-Max Tremblay poursuit une pratique en peinture et en photographie. En 1988, il réalise pour le musée national des beaux-arts du Québec les portraits photographiques des récipiendaires des prix Paul-Émile Borduas. À partir des années 80, les œuvres de Richard-Max Tremblay font l’objet de nombreuses expositions solos et collectives au Canada et en Europe, et certaines sont acquises par plusieurs grandes collections canadiennes. Richard-Max Tremblay est récipiendaire du Prix Louis-Comtois 2003 qui récompense l'excellence de la création montréalaise en arts visuels.

Titulaire d'un doctorat portant sur les rapports entre littérature et arts visuels, André Lamarre est critique littéraire depuis près de trente ans. Il a publié, entre autres, dans Parachute et Spirale, rédigé plusieurs textes de catalogue d'artiste et des préfaces d'anthologie de poésie. Il est l'auteur de l'essai Avec John Heward. Entrer dans le trait (Nota bene, 2010).

Extraits

La photographie permet de voir autrement, surtout de retenir quelque chose qui semble important et qu’on ne veut pas laisser échapper, quelque chose sur quoi on peut revenir, un matériau. Photographier et peindre sont des actes de résistance au temps, mais des actes conséquents, des actes qui mènent ailleurs, qui nous entraînent. La rencontre avec Pierre Soulages est un de ces moments dont on tient à garder une trace. La pratique de la photographie m’a rendu sensible à cet aspect des choses. Tout ce que j’ai fait en peinture porte les traces de la photographie.

Richard-Max Tremblay

[...] est possible d’accompagner le travail d’un artiste en recevant chaque image comme une apparition, comme une mutation des précédentes, tant au plan du motif qu’à celui de la matière et de la technique. L’œuvre de Richard-Max Tremblay suscite d’emblée une telle approche puisqu’elle paraît nettement constituée de plateaux, plus vastes que de simples séries. Dans chaque cas, le thème, le procédé ou le processus s’y répètent, poussant l’exploration par répétitions, variations, décalages, jusqu’à l’épuisement de la forme, provoquant enfin sa mutation. Un saut qualitatif intervient alors, assurant le passage à un nouveau plateau.

André Lamarre

Critiques

« [Q]uand collaborent André Lamarre, un critique d'art, et un artiste dont la participation à ce projet a toute son importance, les conditions maximales sont réunies pour nous aider à acquérir un jugement critique, cette conclusion qui va au-delà de la subjectivité pour déceler dans une oeuvre cette qualité que l'on appelle “art”. Il faut donc en profiter. [...] Devant des oeuvres ainsi créées, le spectateur doit les lire, faire passer l'image à travers son imaginaire, ses expériences personnelles, sa mémoire. Sans cette lecture, l'oeuvre n'aurait en vérité pas de sens. Et c'est pour faciliter cette lecture, pour participer au développement de notre sensibilité artistique qu'intervient le critique. C'est ce rôle qu'a voulu jouer André Lamarre, qui le fait admirablement bien, dans ce livre qui, bien que consacré à l'oeuvre d'un artiste, nous amène à repenser notre rapport à l'oeuvre, mais plus encore notre rapport à l'écrit sur l'art et à sa capacité de traduire en mots ce qu'exprime une image. »

Gérald Alexis, Nuit blanche

« En commençant par un long et captivant entretien, André Lamarre nous permet une appréciation juste et en profondeur de l’oeuvre de Richard-Max Tremblay à travers ses propres mots. Pour voir l’image et au-delà de celle-ci, pour comprendre l’art et tout un cheminement, cette monographie permet d’une certaine façon d’entrer dans le monde de l’artiste. Ses photographies présentent des portraits de tous genres; parfois provocants ou sombres, parfois doux et empreints de tendresse. [...] Tournant aussi bien souvent autour de la figure centrale du portrait, car le visage humain est sans aucun doute ce qui captive le plus l’artiste, ses tableaux sont souvent plus abstraits, parlent d’une façon plus imagée, nous laissant une certaine liberté quant à l’interprétation. Un ouvrage fascinant sur un créateur unique de l’art actuel québécois, qui montre le vaste éventail de ses capacités créatives. »

Fannie Martin, Photo Solution Magazine

  • F

Notre devenir : demeurer inclassable.