Irene F. Whittome. Room 901

CONTENU essais et photographies
DATE 2013
ISBN 9782922892598
FORMAT 24.5 x 24.5 cm
PAGINATION 176
LANGUE Français, Anglais
PRIX 49.95$
En librairie

Un design très ambitieux.

Société Alcuin / The Alcuin Society

Au cours de l’été 1980, Irene F. Whittome finalise un important cycle de travail. Tout le matériel qui se trouvait dans l’atelier est accumulé dans un coin restreint, les murs de briques et les colonnes sont repeints en blanc. L’espace est préparé à la manière dont un peintre apprête sa toile avant de l’enduire de pigments. L’atelier de la rue Saint-Alexandre devient alors le support d’une intervention spécifique qui se transformera pendant près de deux ans : d’octobre 1980 à juillet 1982. Whittome peint une forme minimale sur le mur adjacent aux fenêtres voûtées, laquelle semble dans toutes les étapes de sa modification tendre vers le motif de la croix : un carré noir sur fond blanc, une bande blanche sur fond gris, un carré blanc sur fond gris, une croix tronquée sur fond blanc et, au final, une croix noire sur fond blanc. Au terme de ce travail, en octobre 1982, Whittome a produit plus de 1500 photos, une vidéo, des boîtes-maquettes et trois expositions. Trente ans plus tard, Room 901 fait l’objet d’une réflexion approfondie et d’une réactivation.

Marie J. Jean, directrice de la publication

 

Auteurs

La carrière artistique d’Irene F. Whittome s’étend sur près de quarante ans. Née à Vancouver en 1942, l’artiste s’est installée à Montréal en 1968 où elle a mené, parallèlement à ses activités de création, une carrière de professeur en arts visuels à l’Université Concordia jusqu’en 2007. Les thèmes récurrents qui dégagent de son travail sont la collection, l’exposition, le musée, la durée, le temps et les traces. Elle a produit à travers les années un important corpus d’œuvres utilisant des techniques aussi variées que l'estampe, la photographie, la peinture, le dessin, la sculpture et l’installation. Son travail a été abondamment exposé au Canada ainsi qu’à l’étranger, mentionnons entre autres ses expositions individuelles au CIAC Centre international d’art contemporain de Montréal (1995), au Musée d’art contemporain de Montréal (1997), au Centre canadien d’architecture (1998), au Musée national des beaux-arts du Québec (2000) ainsi qu’à la Galerie d’art de l’Université Bishop (aujourd’hui Galerie d’art Foreman) (2004). Irene F. Whittome a remporté, pour son excellence artistique, le prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton du Conseil des Arts du Canada (1991), le Prix de la fondation Gershon Iskowitz, Toronto (1992), le prix Paul-Émile Borduas du Gouvernement du Québec (1997), et le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques (2002). En 2005, elle a été nommée officier de l’Ordre du Canada. Ses œuvres font partie des collections des plus importants musées canadiens et elle est représentée, depuis 2005, par la Galerie Simon Blais à Montréal.

 

Le collectif d’auteurs est composé de Marie J. Jean - directrice générale et artistique de VOX, centre de l’image contemporaine et commissaire d’expositions, ainsi qu’enseignante à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Laval à Québec - Eve-Lyne Beaudry - conservatrice de l’art contemporain au Musée national des beaux-arts du Québec - et Vincent Bonin, auteur et commissaire indépendant.

 

Extraits

Au retour de Québec, en marchant vers le bureau que nous occupions temporairement rue Saint-Alexandre, j’aperçois au dernier étage de l’édifice les fenêtres plein cintre si caractéristiques des compositions photographiques de Room 901. Je travaillais dans l’édifice où l’artiste avait réalisé son projet trente ans plus tôt. Je décide de poursuivre mes investigations et me plonge alors dans son univers esthétique constitué d’un corpus important d’oeuvres utilisant des médiums aussi variés que la photographie, la peinture, la sculpture, le musée et l’installation. Je comprends assez rapidement que Room 901, bien que peu connu, appartient à cette catégorie de production qui s’offre comme la synthèse formelle et conceptuelle des oeuvres à venir. L’atelier de la rue Saint-Alexandre, vidé de son contenu, représentera de 1980 à 1982 un espace qui limite, enferme, isole, protège et, en ce sens, il jouera un rôle comparable aux boîtiers, aux vitrines et aux musées qui deviendront les composantes élémentaires du vocabulaire esthétique de l’artiste. Il représente non seulement le support d’une production prolifique mais un lieu de retraite qui, pour un certain temps, aura permis à Irene F. Whittome de se retirer pour se vouer, exclusivement à cette activité laborieuse qui était alors sans finalité précise.

Marie J. Jean

En 1980, le travail d’Irene F. Whittome fait l’objet d’une rétrospective au Musée des beaux-arts de Montréal, puis l’exposition circule ensuite à travers le Canada. Au cours de la même année, l’artiste décide de contourner l’injonction de productivité qui accompagne la consécration institutionnelle. Elle s’isole dans son atelier situé à l’angle des rues Saint-Alexandre et de La Gauchetière pour faire le point et ses gestes semblent d’abord s’enchaîner en pure perte. Dans une portion du local 901, elle dispose sur les murs et au sol un nombre réduit d’objets – une croix grecque noire et une bâche enduite de pigments blancs. Quotidiennement, l’artiste repeint les murs et reconfigure ces signifiants picturaux. Whittome prend également plus de 1500 photographies qui rendent compte de ces permutations et captent les variations lumineuses dans la pièce. Elle est absente des clichés, bien que les traces sur les pigments ramènent ponc­tuellement sa présence. La croix et la bâche offrent un point d’achoppement de la vision dans l’instant et les images certifient (pour elle-même, à cette étape) le passage du temps.

Vincent Bonin

Dans le but d’assurer l’intégrité des œuvres pour l’avenir, tout conservateur de musée doit, pour mener à bien cette responsabilité, se questionner sur la nature des pièces qui intègrent sa collection. Pour ce qui est de l’art contemporain, le statut des documents issus de manœuvres, d’actions ou de performances artistiques demande une réflexion toute particulière. Se situant entre l’action performative, l’installation in situ et l’œuvre conceptuelle, Room 901d’Irene F. Whittome constitue un modèle exemplaire pour mener ce type de réflexion.

Eve-Lyne Beaudry
Critiques

« Un design très ambitieux : le dos et le carton contre-collé sont bien achevés, les pages liminaires ont une belle allure, la cadence des images est impeccable et la production est de haute qualité. »

Jury du Prix de la Société Alcuin

« Bien documentés, Marie J. Jean, Vincent Bonin et Eve-Lyne Beaudry éclairent de magnifique façon le travail d’Irene F. Whittome. Ils appuient leurs propos par de nombreux exemples, cumulent les références historiques. Ainsi, même le lecteur profane peut facilement saisir le contexte dans lequel est né Room 901. […] Avec ses notes manuscrites, ses photos baignées d’une lumière divine, ses clichés historiques, la monographie réussit sans difficultés à garder captif le lecteur et… à lui faire découvrir cette grande créatrice qu’est Irene F. Whittome. »

Karine Gélinas, Art Le Sabord

  • F

Notre devenir : demeurer inclassable.