Entre avoir et être

Deux collectionneurs s'exposent

CONTENU Textes et photographies
DATE 2013
ISBN 9782922892833
FORMAT 16 x 20,5 cm
PAGINATION 220
LANGUE Français
PRIX 29.95$
En librairie

Ce livre fait entendre une voix jusqu’ici restée plutôt discrète : celle du collectionneur. Deux amateurs d’art nous y dévoilent, par fragment, leur expérience de collectionneurs d’art contemporain, leur philosophie, leurs motivations, leur relation vivante à l’art. Loin de témoigner du prestige social de son possesseur, l’art est ici expliqué et partagé avec subtilité et finesse : Bernard Landriault donne à lire une conversation, entre l’amateur d’art et les objets, plus ou moins muets, qui forment sa collection. Entre avoir et être comprend également de courtes fiches-analyses présentant plus de 40 artistes québécois, et près de 60 œuvres reproduites en couleur. Une rencontre avec l’art donc, et surtout un aperçu global des artistes qui marquent le paysage de l’art actuel au Québec.

Dans la cadre de la publication du livre, l’exposition Démarches² : exposant deux sera présentée à EXPRESSION, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe, du 8 février au 20 avril 2014.  

Auteurs

Bernard Landriault a étudié à l’Université d’Ottawa, puis à l’École des hautes études en sciences sociales, à Paris, sous la direction de Roland Barthes. Après avoir été professeur de français à la fonction publique du Canada et au Collège militaire de Saint-Jean, Bernard Landriault a occupé différents postes administratifs à la Faculté de l’éducation permanente et à la direction de la Faculté des arts et des sciences. Il a aussi été directeur des relations internationales à l’Université de Montréal pendant près de 10 ans. Il est aujourd’hui à la retraite. Entre avoir et être est son premier livre. Son expérience de collectionneur a fait l’objet d’un documentaire intitulé Vivre avec l’art, réalisé par Anne-Marie Tougas et présenté au FIFA en 2010.  

Extraits

Voilà plus de quarante ans que j’accumule des objets d’art, comme si j’étais porté par des vents insoupçonnés et projeté dans l’agitation de circuits sans fin. Il y a des jours pourtant où j’éprouve un certain malaise, gêné de ne pas savoir vraiment où je vais, de ne pas pouvoir m’arrêter. Pourquoi agir ainsi ? À quel titre ces objets s’imposent-ils dans ma vie ? Qu’est-ce que ce sera demain ? Cela pourrait s’appeler, je crois, une passion et comme tout passionné inquiet, devant l’importance de plus en plus grande de la collection, j’avais envie de réagir, de chercher à comprendre et à partager, de remonter le temps pour mieux vivre les jours à venir. Je me suis alors lancé dans un projet d’écriture. B. L.

 

***

 

J’ai acheté mon premier tableau à crédit, à 20 ans, au Musée des beaux-arts de Montréal. Le musée avait alors au sein même des salles d’exposition une pièce réservée à des oeuvres canadiennes que l’on pouvait louer mensuellement pour 20 ou 30 dollars avec la possibilité par la suite de les acheter. Il y avait peu de tableaux dans cette salle, mais ils avaient tous reçu la caution du musée. C’est dans ce contexte que, sans vraiment connaître le travail de l’artiste, j’ai acquis une aquarelle de Jean McEwen de 1964. Pourquoi cette oeuvre plutôt qu’une autre ? J’ai d’abord eu le sentiment de m’y perdre et de m’y retrouver, comme si j’étais dans une galerie de miroirs. L’oeuvre était à la fois lieu d’habitation et d’évasion.

Critiques

« L'ouvrage épouse la familiarité du dialogue avec les œuvres. Les réflexions de l'auteur guident le lecteur à travers le geste même de collectionner jusque dans ses retombées les plus intimes. Il nous fait pénétrer au cœur de ce « jeu » qu'est la collection. Un jeu impulsif qui implique le pari, le discernement, une forme de compétition et, au final, une identification très personnelle allant jusqu'au sentiment d'achèvement de l'opus constitué. »

René Viau, Vie des arts

« L’auteur a opté pour un exposé concis de leur collection - une soixantaine de pièces - et une présentation "en discontinu", où se mêlent pensées, anecdotes et descriptions d’œuvres. Ce panorama inusité de l’art québécois s’ouvre avec une aquarelle de Jean McEwen et inclut photo, sculpture, vidéo et beaucoup de peinture. La plume est allègre, les regroupements aléatoires, comme la disposition dans une maison d’une collection aussi éclectique [...]. »

Jérôme Delgado, Le Devoir

« L’auteur, collectionneur d’art contemporain, nous ouvre ici les portes de sa collection privée, mais surtout de son amour sincère pour les objets qu’il acquiert. Loin d’être un passe-temps snobinard pour épater la galerie, collectionner relève pour Bernard Landriault d’une conversation vivante entre l’homme et l’art. Tout en nous offrant un aperçu magnifique des créations contemporaines québécoises, Entre avoir et être nous apprend à regarder avec sensibilité chacune des pièces choisies et à découvrir l’histoire derrière l’acquisition de celles-ci. Un regard intime sur l’art. »

Le libraire  

  • F

Notre rôle :

créer,

explorer,

découvrir.