Les croix de chemin au temps du bon Dieu

Un voyage au cœur de nos racines profondes

CONTENU textes, photographies
DATE 2007
ISBN 9782922892284
FORMAT 23 x 30,5 cm
PAGINATION 224
LANGUE Français
PRIX 39.95$
En librairie

Un voyage d’agrément à travers les petites routes, les rangs et les trécarrés du Québec ; voyage aussi à travers le temps, depuis la croix de Jacques Cartier jusqu’à cette croix perdue devant un poste d’Hydro-Québec, rue Jean-Talon, à Montréal. Plantées pour conjurer un fléau de sauterelles comme pour remercier Dieu d’une faveur obtenue, les croix de chemin sont un trésor patrimonial qui renferme des bijoux d’anecdotes succulentes et combien instructives. Plus de 300 photographies magnifiques, prises dans 75 villages et villes du Québec. Pour le plaisir de découvrir les croyances et la créativité de nos ancêtres.

Auteurs

Vanessa Oliver-Lloyd est photographe et paléoanthropologue. Elle a ratissé le Québec à la recherche de croix de chemin alors qu’elle réalisait un projet à l’occasion d’études en photographie. Depuis sa maîtrise en archéologie funéraire, elle étudie avec passion les vieux ossements exhumés des cimetières et autres sites. La photographie continue de l’habiter, même pendant qu’elle rédige sa thèse de doctorat sur les ossements provenant du cimetière St. Matthew (1771-1860) à Québec. Les croix de chemin au temps du bon Dieu sont sa première publication. 

Propos et poésie de Bernard Arcand, Jean Bédard, Léandre Bergeron, Serge Bouchard, Raôul Duguay, Claude Gagnon, Michel Garneau, Jacques Gauthier, Marguerite Lescop, Hélène Pedneault, Sylvain Rivière, Claude Turmel et Claire Varin. 

Recherche et rédaction : Julia Duchastel.

 

Extraits

Les croix de chemin ont de l’avenir, elles sont d’ailleurs partout autour de nous. En 1998, à North Sydney en Nouvelle-Écosse, Jésus est apparu pendant quelques jours sur le mur intérieur d’un restaurant Tim Hortons. Jésus-Christ sait des choses que nous ne savons plus. Les repères sacrés d’aujourd’hui, les parvis de la communauté, les croix de chemin des temps modernes sont ces chaînes commerciales qui disséminent le long des routes de petites chapelles où l’on sert à manger et à boire, en plus de la chaleur de nos derniers restants d’humanité. Prochaine halte, 20 km. Courage. Nous avons l’espérance des beignes, la foi du hamburger, le chant du poulet frit, la joie du café frais.

Serge Bouchard, « Boulevard de la réparation »  

Si nous nous remettons à voir nos croix de chemin, nous n’oublierons peut-être pas que les symboles utilisés pour nous asservir n’auront plus jamais cours ici, quel que soit le dieu invoqué. Nous pourrons alors regarder nos croix sans devoir les porter, cette fois avec l’infinie tendresse dont la mémoire est capable, qui se souviendra des joies et des rires, des blessures, du travail acharné, des enfants à la douzaine, des jeunes qui vieillissaient trop vite, des vieux qui mouraient trop jeunes, des larmes, des luttes, des grosses maladies sans remèdes, de l’espoir, du courage et de la vie dure, héritage qui s’est transmis jusqu’à nous à travers les corps croisés de nos parents de culture et de sang.

Hélène Pedneault, « La croix invisible »  

Du plus loin qu’il m’en souvienne, la première fois que j’ai tracé un signe de croix, entre mon front mon nombril et mes épaules, c’était le jour où ma mère, en larmes, bordait mon père sur son lit de mort. Elle marmonnait son rosaire et à chaque "notre père", faisait des signes de croix. J’avais cinq ans. Je croyais qu’elle chassait des mouches ou des maringouins en mon Abitibi natale. […] Alors j’ai compris que se signer de la croix était toujours un appel au secours, un signe où se croisaient la vie et la mort, un pont entre le ciel et la terre.

Raôul Duguay, « Croisées »  

Les croix de chemin sont au paysage culturel du Québec ce que sont les érables à sucre à son paysage naturel. Les unes et les autres n’existent pas beaucoup ailleurs en Amérique du Nord et ils se retrouvent massivement ensemble dans le sud du Québec, comme si les croix et les érables étaient faits de la même substance, pour tout dire du même bois. Plus encore, ils se présentent au regard des gens d’ici comme autant de soldats au garde-à-vous prêts à défendre l’identité nationale.

Jean Simard, Préface  

Critiques

« Feuilleter ce livre, c’est tourner d’amusantes pages d’histoires sur le Québec. Un cadeau parfait pour celui qui aime le Québec ou qui veut le découvrir. Et personne ne le connaît déjà assez pour ne pas trouver son compte dans cet ouvrage surprenant. »

Pierre-Luc Landry, Librairie Vaugeois

« Quel magnifique livre ! Plutôt qu’un ouvrage d’anthropologie ou d’histoire pointue, les auteurs proposent une édifiante promenade qui vise à rendre accessible un pan du patrimoine québécois. »

Le Libraire

« Dans un magnifique ouvrage, les éditions du passage ont décidé de rendre hommage aux croix de chemin qui se dressent dans le paysage québécois, de la frontière américaine jusqu’en Gaspésie. Les photos, superbes, signées Vanessa Oliver-Lloyd, photographe et paléoanthropologue, sont accompagnées de textes issus de plumes renommées : Serge Bouchard, Raôul Duguay, Hélène Pedneault, par exemple. D’autres textes racontent, quant à eux, la petite histoire de certaines croix de chemin érigées au fil des ans, ici pour remercier le ciel d’un sauvetage au cours d’un naufrage, là pour encourager des villages entiers à la tempérance. »

Caroline Montpetit, Le Devoir

« En ces temps de questionnements sur la place de l’autre et sur la pertinence de conserver les crucifix dans les écoles, ce livre est à la fois un ouvrage de référence et un legs à nos enfants. »

Josée Blanchette, Le Devoir

« Vanessa est une très bonne photographe, qui a fait le tour du Québec pour photographier les croix de chemin. Ce qu’elle fait est très intelligent, c’est de photographier la croix dans son contexte, avec l’affiche électorale, le panneau de signalisation, les fils électriques, et c’est tellement beau, on devrait lancer un appel aux gens : sauvez les croix de chemin. »

Christiane Charrette, Radio-Canada

 « Un très beau livre avec des photos magnifiques de Vanessa Oliver-Lloyd. C’est un ouvrage fascinant parce qu’on apprend là des traditions, des rituels. Pour se réapproprier une part de notre histoire, qui existe encore, qui est sous nos yeux. Un très très beau livre, important dans le contexte actuel. »

Marie-France Bazzo, Bazzo.tv
  • F

les éditions du passage se veulent un espace de rencontres.