Compagnie Marie Chouinard

CONTENU Essai, photographies
DATE 2010
ISBN 9782922892390
FORMAT 31.5 x 27.5 cm
PAGINATION 176
LANGUE Français, Anglais
PRIX 59.95$
En librairie

Une splendeur!

Joël Le Bigot

Véritable livre-évènement, Compagnie Marie Chouinard constitue la première monographie bilingue sur une compagnie de danse contemporaine au Canada. Ce superbe album retrace le parcours de Marie Chouinard, de ses premiers solos à la création de sa compagnie en 1990 et de toutes ses chorégraphies. Le lecteur est invité à pénétrer dans l'univers de chacune des performances, mais aussi dans la vie plus intime de la compagnie, grâce à de nombreuses photographies couleur, dont plusieurs sont inédites. Une rare incursion en coulisse : des écrits de la chorégraphe et des témoignages de danseurs et proches collaborateurs de la compagnie nous plongent au sein d'un univers créatif des plus singuliers.

Auteurs

Interprète, danseuse et chorégraphe, Marie Chouinard est une figure incontournable de la danse contemporaine depuis quarante ans. Elle est à la tête de la COMPAGNIE MARIE CHOUINARD depuis 1990. Véritable ambassadrice culturelle du Québec, elle a reçu de nombreux prix et distinctions soulignant sa contribution au monde des arts, dont le Grand Prix du Conseil des arts de Montréal (2006), le grade de chevalière de l’Ordre des Arts et des Lettres (France, 2009), le grade de compagne de l’Ordre national des arts et des lettres du Québec (2015) ou encore le prix du Gouverneur général du Canada pour les arts du spectacle (2016). Le nom de Marie Chouinard a fait son entrée dans Le Petit Larousse illustré en 2010 et dans Le Robert en 2011. Après le recueil de poèmes Chantier des extases, en 2008, et le livre Compagnie Marie Chouinard en 2010, zéro douze est sa troisième publication aux éditions du passage.

Un collectif international d'auteurs et spécialistes de danse aborde l'impact de son œuvre au Canada et à travers le monde : Rober Racine (artiste, compositeur et écrivain), Chantal Pontbriand (critique d'art et commissaire à la Tate Modern), Rosita Boisseau (critique au Monde et à Télérama), Elisa Guzzo Vaccarino (critique italienne), Andrée Martin (professeure à l'UQAM), Tatsuro Ishii (critique de danse japonais), Michael Crabb (critique de danse torontois) et Philippe Noisette (journaliste culturel français). 

Extraits

 _

Marie occupe une place singulière dans le monde de la danse. Choisir de s’attaquer à la question de la gravité, c’est faire du corps un lieu d’exploration dans ce qu’il a de charnel, de terrestre et de présent. Dès les premiers solos, elle marque son territoire - le corps devient le lieu d’une quête qui vise à l’exposer sous toutes ses facettes. Marie bouge, tourne et se retourne, s’accroupit, urine, crie, souffle. Ses longs cheveux dansent aussi, en suivant l’élan du corps, les multiples directions qui sont impulsées par cette recherche intense. La danse se déploie avec le corps. Le mouvement coule d’une source invisible, inconnue, toujours en déplacement, comme quelque chose que l’on gagne pour aussitôt le perdre. Un échappement perpétuel.  

Chantal Pontbriand

Quand tu exécutes le mouvement, quand tu es vraiment à l’intérieur de la chorégraphie de Marie, quelque chose arrive, un sentiment surgit. C’est difficile à décrire. Ç’a à voir avec la réaction de tes muscles, la façon dont ta respiration passe quand tu te mets à bouger. On dirait que ça t’élève au-dehors de toi-même... Marie, comme chorégraphe, est très disponible pour les danseurs. Elle ne nous force jamais à nous conformer à sa façon personnelle de bouger. Elle nous accueille entièrement. Tout ce qu’elle nous demande, c’est d’être attentifs, d’être présents.

Lucie Mongrain

Avant de commencer la création d’une nouvelle œuvre, je cherche toujours à vivre une transformation profonde de mon être afin d’être certaine que l’œuvre soit réellement "nouvelle". En 1992, lors d’un jeûne, j’ai une hallucination auditive : j’entends Le Sacre du printemps de Stravinsky. Quelques semaines plus tard, fascinée par cette hallucination, j’achète l’enregistrement du Sacre. Une révélation. Comme si j’entendais dans cette musique tous les rythmes qui m’habitaient depuis des années, je chorégraphierai le Sacre du printemps ! Une première pour moi qui, pendant 16 ans, n’avait jamais travaillé sur une musique préexistante. J’écoute la musique à partir de la colonne vertébrale, la colonne en est fouettée, bras et jambes en répercutent l’onde.

Marie Chouinard

Critiques

« Un livre qui a la forme d’un cadre de scène : on l’ouvre et c’est comme une scène de théâtre sur laquelle se déploient toute l’œuvre et le talent de Marie Chouinard. Beaucoup d’intelligence, beaucoup d’art, beaucoup de création… C’est un livre absolument magnifique ! »  

Jean Fugère, Samedi et rien d’autre, Radio-Canada

« Un livre absolument magnifique avec de très beaux textes. »

Michel Désautels, Désautels, Radio-Canada

« Une splendeur ! »  

Joël Le Bigot, Samedi et rien d’autre, Radio-Canada

  • Instagram
  • Facebook

Notre devenir : demeurer inclassable.