Géographie de l'ordinaire

CONTENU poésie
DATE 2011
ISBN 9782922892505
FORMAT 12.5 x 19.5 cm
PAGINATION 80
LANGUE Français
PRIX 19.95$
En librairie

Ces textes font du bien, parce qu'ils parlent rare, en sourdine d'un bonheur bousculé et bousculant.

Hugues Corriveau

Ancrée dans le paysage, de Rouyn à Blanc-Sablon, la poésie de Nicolas Lauzon fait résonner les gestes du quotidien. Conviant l'ami, l'enfant ou la femme aimée, l'auteur scande une langue aux accents du territoire qu'il traverse. Toute mélancolie prend ici le détour d'un horizon insoumis. 

Ce livre est également disponible en format numérique ici.

Auteurs

Nicolas Lauzon est enseignant à Rouyn-Noranda. Il a vécu à Blanc-Sablon où il est tombé amoureux de la mer du Labrador et a travaillé dans des écoles primaires au Sénégal et au Gabon. Après Géographie de l’ordinaire et L'héritage du mouvement, tous deux publiés aux éditions du passage, Pro pelle cutem est son troisième recueil.  

Extraits

Un après-midi de janvier

de pluie et de café

à partager des chips Black Pepper and Lime

 

Les mots tombent

telles des gouttes d’eau

sur la table de la cuisine

 

On laisse le temps germer

entre nous  

 

***

L’arrière-pays et ses perdrix

40 km franc nord

là où la mer n’existe plus

 

Tout est là

collines, ravins

lacs et rivières  

 

Critiques

Très incarnée, la poésie de Nicolas Lauzon impose ses aspirations, ses rêves qu'il cherche dans son quotidien le plus immédiat. Avec son souffle très efficace et son rythme envoûtant, ce poète séduit. [...] Redoublement efficace, [le premier] texte instaure une vision immédiate et incarnée, ce qui justifie largement qu'on s'y soit intéressé. [...] Les mots sont ainsi d'une beauté touchante et disent, avec exactitude, l'émoi provoqué par les vies qui s'immiscent au centre de soi, comme des peaux de surcroît. [...] Et c'est toujours écrit sans effet, sans esbroufe, avec un ton qui parfois fait penser, d'heureuse mémoire, à Gérald Godin, aux points sur les i des poètes réalistes ou à un Marc Séguin dans son roman La foi du braconnier. [...] Je vous dis que, vraiment, ces textes font du bien, parce qu'ils parlent rare, en sourdine d'un bonheur bousculé et bousculant, la moindre chose à bout portant. [...] Beau recueil qui parle au plus près avec amour de ce qui se trame de vie dans le pourtour de soi, de ce qui fait parler l'amour quand l'autre est là, avec ses fêtes dans la tête et ses désirs. 

Hugues Corriveau, Lettres québécoises  

« Géographie de l'ordinaire, c'est la vie d'un père de famille, d'un amoureux, d'un voyageur, à travers des poèmes qui savent autant nous faire sourire que nous prendre à la gorge. Cet homme sait trouver les mots justes pour nous émouvoir, même lorsqu'il parle de l'achat de couches. Ses poèmes sont comme des histoires. C'est simple et c'est beau. Je vous conseille très fortement de vous aventurer dans Géographie de l'ordinaire, son premier recueil de poésie. Vous y trouverez une écriture qui sait toucher droit au coeur. »

Marie-Hélène Vaugeois, site de la Librairie Vaugeois

« Un voyage dans l'espace : Blanc Sablon, Rouyn-Noranda, mais aussi Istanbul, l'île d'Anticosti... On voyage, mais on reste toujours les pieds à terre. Le thème qui me touche dans ce recueil, c'est celui de l'humain. On se reconnaît dans les joies et les doutes de ce père de famille. Nicolas Lauzon cultive un goût pour la musicalité des mots, mais aussi pour renouveler la langue avec humour. Il y a un sens de la chute dans ce recueil ; un dernier vers qui vient nous surprendre, mais toujours de manière agréable. »

Tommy Allen, Des matins en or, Radio-Canada  

« Nicolas Lauzon nous offre son premier recueil, une exploration des liens qui nous unissent au territoire et des profondeurs du quotidien. “Je voulais rassembler des poèmes qui témoignent de la beauté des petites choses, trouver de la poésie dans les creux de vague”, explique Nicolas Lauzon, lorsqu'interrogé sur son usage du thème du quotidien. Sa poésie se veut accessible, touchant à des thèmes universels et profondément humains. “Le territoire réel, selon moi, influence beaucoup les états d'âmes. Je ne suis pas triste ou amoureux de la même façon dans une forêt d'épinettes qu'au bord de la mer. Disons que la géographie extérieure et mes territoires intérieurs se renvoient la balle.”»

Evelyne Papillon, L'Indice bohémien

  • F

Chacun de nos livres est pensé longuement, fruit d'une lente gestation.